L’abdominoplastie ou chirurgie de la paroi antérieure de l’abdomen ou chirurgie du ventre.

Cette intervention qui intéresse essentiellement la femme, peut parfois se pratiquer chez l’homme.
Il peut s’agir soit d’une « mini plastie », c’est à dire d’une intervention qui consiste à retirer un petit excèdent cutanée et graisseux du ventre, sans toucher à l’ombilic (le nombril).

Mais il peut s’agir aussi d’une véritable plastie abdominale avec une éventuelle action sur les muscles de l’abdomen et un déplacement de l’ombilic.

Les circonstances qui amènent à consulter sont variées.
Il peut s’agir d’un patient qui a effectué un régime ou bien qui a bénéficié d’une chirurgie « bariatrique » (sleeve, anneau gastrique) et dont la peau du ventre est retombée compte tenu de l’importante perte de poids.

CONSULTATION ABOMINOPLASTIE CHEZ L’HOMME

Comme pour toute intervention la consultation pré opératoire est importante.
L’interrogatoire précise la demande, le degré de la gène, les antécédents médicaux et chirurgicaux,
On recherche une éventuelle contre indication telle que des antécédents thrombo emboliques, phlébites, tabagisme.

L’examen clinique appréciera l’état de la peau (vergetures), l’état de la paroi musculaire (existence d’une hernie, distasis des muscles droits,..).
Lors de cette consultation il est impératif de distinguer les surcharges graisseuses sous cutanées des surcharges graisseuses intra abdominales ou autour de l’épiploon.

En effet ces surcharges graisseuses intra abdominales aboutissent à des ventres « tendus » chez qui une plastie abdominale ou même une liposuccion seront sans effet et donc contre indiquée. Il est capital dans ces cas d’expliquer au patient pourquoi cette intervention n’est pas indiquée au risque de les décevoir.

A l’issue de la consultation des documents sont remis (devis détaillé, éventuelle entente préalable, consentement éclairé)
Après une période de réflexion, si une date opératoire est fixée une consultation avec l’anesthésiste sera prévue.

ABDOMINOPLASTIE MASCULINE L’INTERVENTION

En salle d’opération des photos pré opératoires sont prises et des tracés effectués en position debout puis couché.
L’intervention se fait le plus souvent sous anesthésie générale.
La cicatrice se situe au dessus des poils pubiens et est horizontale.

En cas de transposition ombilicale on pratiquera également une cicatrice autour de l’ombilic.
La longueur de la cicatrice dépend de l’importance de l’excédent cutané.

Quand cela est nécessaire on associe un temps de réparation musculaire.

Une liposuccion est très souvent pratiquée afin de traiter les amas graisseux, notamment au niveau des hanches et ce afin d’affiner la silhouette.

En fin d’intervention une gaine de contention est posée. Elle devra être gardée un mois. La durée d’hospitalisation varie de 24 à 72 heures en fonction de l’importance du geste.

LES SUITES OPÉRATOIRES

La durée d’intervention varie de 1 à 3 heures, selon qu’il y ait ou non un geste sur les muscles et un déplacement de l’ombilic.
En cas de réparation musculaire les suites peuvent nécessiter un traitement antalgique puissant.
Le pansement est refait dès le lendemain.
Les pansements suivants seront fait à domicile par une infirmière.

Il est recommandé de s’abstenir de tout effort pendant 21 jours.
Des complications sont possibles. Il peut s’agir de problèmes cicatriciels (désunion).
A signaler une complication possible : la lymphorée.
Il s’agit d’un écoulement de la lymphe sous la peau pouvant être responsable d’un gonflement. Quand elle survient, de simples ponctions évacuatrices règlent le problème sans conséquences pour le résultat.

L’évolution de la cicatrice est imprévisible. Elle peut dans certains cas s’épaissir voire devenir chéloïde.

La cicatrisation définitive prendra un an. Cependant en cas de problème cicatriciel, celle ci pourra être dissimulée dans les sous vêtements.
En cas de perte de poids après l’intervention, des «oreilles » pourront apparaître aux extrémités de la cicatrice. Elles pourront justifier d’une reprise sous anesthésie locale.

A partir du premier mois des séances de rééducation pourront être prescrites.

Prise en charge

En cas de tablier abdominal recouvrant partiellement ou totalement le pubis, une prise en charge peut être accordée par la sécurité sociale, après accord du médecin conseil.
Il restera dans ce cas, à la charge de la patiente, des dépassements d’honoraires pour lesquels la mutuelle pourra intervenir.

Dans les autres cas il s’agira d’une intervention de chirurgie esthétique entièrement à la charge du patient.